La pilule : J’arrête !

Suite au sondage effectué sur instagram, vous étiez nombreux à vouloir mon retour d’expérience sur l’arrêt de la pilule. De plus, en discutant avec mon entourage, je me suis rendue compte que la pilule, était toujours une histoire un peu farfelue. A l’adolescence, les médecins donnent ce moyen de contraception: pour diminuer l’acné, pour être réglée, ou pour en effet avoir un moyen de contraception. Cependant, on ne nous demande jamais vraiment à 16 ans – 17 ans si c’est bien la formule qui nous correspond le mieux et c’est bien dommage!

Pilule

Mon expérience 

 

Pour ma part, ma première pilule minidosée (composée d’un progestatif de synthèse associé à l’éthinylestradiol, un œstrogène de synthèse) m’a été prescrite par mon généraliste car mes règles étaient très douloureuses, et très mal réglées. Les effets observés : + 5 kg / + 2 tailles de bonnet supplémentaires / des 

menstruations réglées à la perfection et de courte durée, voilà pour les effets physiques. Car évidemment prendre 5kg en 2 mois, je ne l’ai pas très bien vécu. Psychologiquement c’est très mal passé. Bref, je me suis tout de même contentée de cette pilule pendant 4 ans.

Lorsque, j’ai débarqué à Clermont-Ferrand, j’ai dû retrouver une gynécologue, qui m’a prescrit une pilule microdosée (composée que d’un progestatif de synthèse).  Miracle, j’ai perdu quelques kilos, mon appétit s’est régulé, mes menstruations très bien réglées et courtes. Tout allait bien. Puis, au bout de 5 ans, c’est devenu lourd à gérer, mes cycles ont commencé à se dérégler. Des règles inexistantes pendant quelques mois (et donc inquiétude d’être enceinte). Puis, retour de règles, sautes d’humeur, envie de dévaliser le frigo une semaine avant mes règles bref. J’en ai eu marre, c’était devenu un cercle vicieux.

A force de me renseigner sur le sujet, de discuter avec mon entourage, je me suis demandé ce que réellement ce petit comprimé m’apportait. Certes, une contraception, mais j’ai aussi réfléchis aux conséquences sur mon corps et à ce que je risquais en là prenant en continu depuis aussi longtemps. Car au final, c’est une habitude qu’on prend toutes, on se brosse les dents, on prend sa pilule et on file au lit, elle fait partie de notre quotidien.

 

Je termine ma plaquette et j’arrête. 

Fin octobre 2017, le couperet est tombé, je n’ai consulté personne.Cela faisait quelques mois que j’avais cette idée en tête. J’ai terminé ma plaquette et j’ai arrêté la pilule. Non sans inquiétude de me lancer seule là-dedans très clairement. Je me suis dis que j’allais prendre 10kg, que j’allais avoir une poussée d’acné etc, mais j’étais décidée. (Sachez qu’il existe aussi “Le principe du sevrage”, où vous devez découper votre pilule en morceaux, en diminuant au fur et à mesure jusqu’à l’arrêt total, renseignez-vous.) Sur les recommandations d’une amie, j’ai téléchargé l’application Ladytimer (Calendrier d’ovulation Ladytimer prédit et suit les jours du cycle menstruel, aidant les femmes à devenir enceinte ou pour éviter la grossesse.) Cela m’a permis de suivre de près mes cycles, et d’observer les effets ressentis pendant mes périodes de menstruations.

Les effets 

Dès l’arrêt de ma dernière plaquette, mes menstruations ont mis environ 2 mois, à se stabiliser et à être bien réglées. J’ai trouvé cela très rapide, étant donné que j’ai quand même pris la pilule durant 9 ans. Mes sautes d’humeurs sont beaucoup moins importantes. Très clairement les hormones travaillent, ce serait un leurre de vous dire que je ne suis que joie et douceur durant cette période, mais il y a une nette amélioration. Je fais également moins de rétention d’eau, ce qui est une bonne nouvelle! J’ai beaucoup moins de sensations de faim irrépressibles, et une libido retrouvée.

Suite à l’arrêt de la pilule, je n’ai pas eu de poussée d’acné, peut-être aussi parce que j’ai eu la chance de ne jamais avoir d’acné durant mon adolescence. J’ai tout de même un petit bouton sur le bas du visage comme signe de bienvenue une semaine avant. D’ailleurs, les boutons dûs aux hormones sont souvent localisés sur le bas du visage (le cou, la mâchoire et le menton). Il suffit d’avoir une bonne routine de soins, n’hésitez pas à lire cet article.

J’ai aussi remarqué que les ongles et les poils poussaient plus vite. (Heureusement pour moi, j’ai fais depuis maintenant 3 ans une dépilation chez DepilTech). J’ai aussi en début de cycle des douleurs relativement importantes dans les lombaires et le bas du ventre des règles plus longues. En clair, j’ai retrouvé les sensations “d’avant pilule”. Honnêtement, tout le positif pour mon corps et mon bien-être me fait oublier les côtés qu’on peut juger négatifs de cet arrêt.

Et maintenant ?

Maintenant, je ne veux plus d’hormones. Je n’ai actuellement plus de contraception, j’ai appris à écouter mon corps et à reconnaitre les différents signes que mon corps m’envoie suivant les étapes de mon cycle. Je me réfère aussi beaucoup à l’application LadyTimer. Elle me permet de connaitre les périodes de “risques” ou les périodes les plus “propices” à une grossesse. Depuis un an, tout se passe bien, pas d’accident de parcours, je me suis retrouvée. Je ne désire pour l’instant pas me tourner vers le stérilet, je pense que j’y réfléchirai après ma première grossesse. 

J’espère que cet article vous aura aidé, si comme moi vous hésitez. J’aimerai connaitre aussi votre expérience, n’hésitez pas à me laisser un commentaire.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.